Brève histoire de la musicothérapie

• Égypte Ancienne : Des archéologues trouvent une pyramide veille de 5000 ans avec une formule chantée contre les morsures de serpents.

• Grèce Antique : 1) Théophraste disait que la musique calmait les déments – 2) Platon conciliait la musique et la danse contre les frayeurs et les angoisses phobiques – 3) Socrate parlait des différents modes musicaux et de leurs influences sur le citoyen – 4) Pythagore relie âme et cosmos par la médiation des harmonies. 

• Récit de David selon la version biblique : Engagé et rémunéré par le roi Saül, David jouait de la harpe et chantait à ses côtés lorsque celui-ci était en grande dépression et avait des crises d’angoisses.

• Tarentisme au Moyen-Age et en Italie du Sud : Pour traiter les morsures de tarentules, des musiciens jouent en continue pour le patient dansant et s’exprimant, faisant « sortir le mal », jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de symptôme.

18ème siècle : Richard Browne décrit dans son livre Medecina Musica les effets du chant, de la musique et de la danse sur le corps humain.

• 19èmesiècle : Jean-Etienne Esquirol introduit la musicothérapie à l’hôpital de la Salpêtrière de Paris. D’autres psychiatres tel que Philippe Pinel, Leuret et Parchappe “préconisent la musique comme soin : elle peut apaiser comme elle peut exciter”. L’art-thérapie par Jean-Pierre Klein, Que sais-je?

• Guerre 14-18 : La musique est utilisée pour agir sur les blessures psychiques des soldats suite aux traumatismes de la guerre.

• Fin années 60 jusqu’à aujourd’hui : La musicothérapie devient scientifique. Grâce aux progrès en imagerie cérébrale et en neurosciences cognitives, les études montrent les effets de la musique sur le cerveau, et prouvent l’action neuro-stimulatrice. Les effets psychophysiologiques de la musique sur la respiration, le rythme cardiaque et les effets émotionnels sont mis en évidence.

• Les Indiens d’Amérique : Il existe encore dans certains pays des rituels magiques qui ont pour fonction la guérison sur différents plans : « L’association très intime entre drogue et musique se fait par l’intermédiaire de l’instrument qui est fabriqué dans le bois des plantes médicinales. Les sons obtenus auraient de meilleurs effets thérapeutiques que les plantes elles-mêmes ». (L. Bence, M. Mereaux,1984, La musique pour guérir, Van de Velde, Musique et Société, p. 14).

• En Chine : Les philosophes chinois disaient : « Jouir de la musique, c’est la formation de l’harmonie intérieure ».

Réalisé par Andrea Girardot © clemence-bostnavaron.fr